Restons en contact 

© 2019 by Les miscellanées de Cookie

Vent d’hiver de Carl Norac et Gerda Dendooven


Hello les moustaches, aujourd’hui, c’est dimanche et place à la jeunesse.

Je vais vous parler d’un merveilleux album, Vent d’hiver de Carl Norac et Gerda Dendooven @lajoiedelire

Vent d’hiver rassemble 36 textes, des petites histoires, une sur chaque page accompagnée d’une illustration.

36 textes tels des Polaroïds qui captent la lumière du blanc de l’hiver.

Des instants poétiques, drôles, oniriques qui rendent hommage à une saison tant redouté, l’hiver.

Nous retrouvons le mariage puis le divorce de Madame Hiver et de Monsieur Printemps, les péripéties d'un bonhomme de neige au mauvais caractère, un hiver peu pressé de laisser sa place, l'invention du rhume... autant d'aventures qui parlent de neige, de froid... Des histoires à lire au près du feu pour se réchauffer le cœur car comme le dit si bien l’auteur « Des quatre saisons, l'hiver est celle qui raconte le plus d'histoires ! »

Chaque texte est un petit bijou, nous redécouvrons tout simplement le plaisir de lire.

Prendre le temps, sur chaque petite histoire, de déguster les mots, la poésie, savourer tout simplement la magie de chaque page.

Les mots de Carl Norac se mêlent aux illustrations douces et apaisantes de Gerda Dendooven. Il y a dans son coup de crayon, je trouve un côté vintage, nostalgique.

Elle retranscrit avec merveille l’univers poétique de l’auteur.

Un duo réussit qui j’en suis sûr réchauffera votre âme.

Pour vous donner envie, je vous met une petite histoire :

On dit que l’hiver est triste,

mais on se trompe. Il rigole beaucoup.

Par exemple, si vous allez près d’un étang gelé, souvent vous entendez un craquement.

Ce craquement, c’est seulement quand l’hiver

a trop envie de rire. Il craque de rire. Il s’éclate.

De quoi dit-il ? De nos nez glacés ? De nos chutes ?

De nos écharpes qui traînent jusque par terre ?

Pas du tout, à mon avis.

Il travaille trois mois par an comme saisonnier.

Qui paie ? Personne.

Chaque année, on le met dehors.

Mais il est là, en vie, et il n’a même pas froid.

Ce matin, il rit de n’avoir besoin

de rien d’autre que de rire.


Alors, avez-vous envie d’arrêter le temps pour savourer des petites histoires près de la cheminée ?