Restons en contact 

© 2019 by Les miscellanées de Cookie

Dans les geôles de Sibérie de Yoann Barbereau

Mis à jour : il y a 3 jours


Selon Mark Twain« La réalité dépasse la fiction, car la fiction doit contenir la vraisemblance, mais non pas de la

réalité ». Oui la réalité peut être plus forte que la fiction, c’est le cas avec Dans les geôles de Sibérie @yoannbarbereau @editionsstock C’est le récit cauchemardesque de Yoann Barbereau, un français qui a passé soixante et onze jours, dans une de ces « geôles de Sibérie » où « il y a ceux que l’on respecte, ceux que l’on frappe et ceux que l’on encule ».

Retour en arrière sur ce récit effroyable.

Yoann est un homme qui a une vie comme vous et moi, marié et papa d’une petite fille de cinq ans. Il travaille comme directeur de l'Alliance française d'Irkoutsk en Russie.

Un quotidien banal jusqu’au jour où tout bascule.

Une date terrifiante, le 11 février 2015, des hommes cagoulés ont débarqué à son domicile, lui ont passé des menottes et un sac sur la tête. Une perquisition filmée et diffusée sur les écrans russes. Ils l’ont embarqué dans un camion, et cogné en l’accusant d’avoir publié sur internet des photos pornographiques et pédophiles. Un dossier monté en toute pièce, bien connu en Russie que l’on nomme Kompromat.

Pendant 71 jours, il va subir les plus atroces violences dans une de ces geôles de Sibérie.

71 jours de terreurs, de souffrances, où le terme dignité n’existe pas. Yoann survit, sort pour séjourner 3 semaines en hôpital psychiatrique. Le périple ne fait que commencer. Pendant 1 an avec un bracelet électronique à la cheville, il a fini par s’évader d’Irkoutsk.

Oui impossible me diriez-vous, impensable, et pourtant il y est arrivé. Quand la survie est plus forte que tout, l’homme est capable de se dépasser.

Il s’est glissé dans une couverture en aluminium pour « couper son bracelet sans risquer l’émission d’un dernier

signal ». Inimaginable, il a utilisé BlaBlaCar pour tracé sa route sur plus de 5000 km, destination Moscou pour se réfugier dans l’ambassade de France. Il y est resté 14 mois, cloîtré dans quinze mètres carrés, pendant que des juges russes le condamnaient  à « quinze ans de camp à régime sévère », et que la diplomatie française comme la DGSE échouaient à l’exfiltrer. Grâce à quelques complices, il s’est enfui par la frontière estonienne, de nuit, dans une forêt peuplée de loups. C’était fin 2017. Aujourd’hui fiché par Interpol dans 220 pays, Yoann a retrouvé sa ville natale, Nantes.

Ce livre est juste incroyable, inclassable. Ce n’est pas un roman, ni un film à la James Bond mais sa vie.                                                             Un destin brisé raconté avec finesse car Yoann est un amoureux de la littérature russe. Une plume délicate, poétique ponctuée de citations de Villon, de Tchekhov à contre courant de son périple terrifiant. Un récit qui m’a frappé, et qui restera gravé dans mon esprit pendant un long moment.

Dans les geôles de Sibérie est un récit indispensable à lire que je vous recommande absolument.