Sale bourge de Nicolas Rodier


Itinéraire de la Violence

Elle est là, elle t’attrape dès tes premiers pas et ne te lâche plus.

Oui, elle est bien là sous toutes ces formes : visible sur le corps, invisible avec les mots.

Elle serpente ton enfance, vole tes idéaux, casse les codes et les conventions (elle est partout quelque soit le milieu social).

Elle défie ton adolescence et t’éclate en pleine gueule à l’âge adulte pour ne pas que tu te construises ni que tu t’élèves mais que tu te rabaisses à elle.

La violence est là et Pierre le narrateur de Sale bourge en sait quelque chose …

Oui, élevé dans les beaux quartiers aux façades parfaites, il nous lève le voile sur sa famille.

Ici, seules les apparences comptent et pour les maintenir, tout les moyens sont bons…

Oui, les coups frappent le quotidien de Pierre, une éducation particulière…

Une enfance brisée, des rêves éclatés alors comment peut on se construire et avoir de l’estime de soi ?

Des chapitres courts et percutants nous assène, aucune issue possible…

Nous subissons comme Pierre de cette violence qui coule chaque jour et qui traverse les âges.

Difficile de se relever alors il nous reste plus qu’à fermer les yeux et tenter d’oublier jusqu’à ce que la violence nous rappelle qu’elle ne nous lâchera plus même quand on frôle le bonheur…

Pierre sera condamné à 4 mois de prison pour violence conjugale.

Un texte poignant, dur qui dissèque avec justesse comment la violence reste dans nos veines quelque soit son parcours…

On ne sort pas indemne après avoir lu Sale bourge et pourtant il fait parti de ces rares textes qui nous fracassent le cœur. Des mots qui nous crient, nous interpellent et qui éclatent le silence pour réveiller nos consciences.

Une lecture indispensable à lire.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout