Que la bête meure de Nicholas Blake


Cher toi,

Oui, toi qui est en train de me lire (enfin, je l’espère), je dois te faire une confession.

Moi, Frank Cairns, auteur à succès de polars, j’ai décidé de me venger.

Mon petit garçon a été tué par un chauffard.

Aucun témoin, ce lâche a pris la fuite. Seul, je vais le chercher, le poursuivre et me venger.

Je vais tout faire pour le retrouver et le tuer.

Mon arme c’est ce que je suis, mes mots. Je vais me servir des mêmes outils que j’utilise dans mes romans. Mon plan est implacable.

Je le retrouverais et je m’immiscerais dans sa famille.

Je découvrirais tout de lui, son quotidien avec sa femme, son fils, sa mère.

Tu sais tout cher toi, cher inconnu.

Enfin presque tout…

Si tu veux connaître la vérité alors tu sais ce qu’il te reste à faire…

Que la bête meurt de Nicholas Blake est le roman dont Claude Chabrol a adapté au cinéma.

Il y a 20 ans (cela ne me rajeunit pas🤪), j’ai vu le film et encore aujourd’hui rôde dans mon esprits des scènes (si vous l’avez pas vu, foncez !).

J’avais donc hâte de lire ce roman. Et, je n’ai pas été déçue.

Ce livre nous plonge dans une atmosphère pesante où chaque geste, chaque parole prend du sens.

Ici, pas de sang mais bien une violence psychologique omniprésente qui nous révèle avec justesse jusqu’où l’être humain est capable pour se venger. Une histoire qui nous plonge dans les méandres de l’âme humaine et qui nous ballade de bout en bout.

Le suspens est maintenu au fils des

pages, une plume vintage qui a le don de dissimuler les mystères.

Alors, Frank Cairns est-il passé à l’acte ?


Êtes-vous prêt à mener l’enquête ?

Connaissez-vous le film ?

0 commentaire

Posts récents

Voir tout