Les liens artificiels de Nathan Devers


Tu ne le sais pas encore mais tu y es déjà !

Oui, tu es là derrière ton écran à scroller, liker.

Un geste automatique, il faut que tu sois là et que tu montres que tu es là !

Oui, ta plus grande peur est qu’on t’oublie sur la toile !

L’algorithme ne t’aide pas à te montrer alors sans que tu le saches, tu te plis à lui !

Tu es là et tu donnes ton temps ICI.

Sache que ce monde est la première étape.

Pour les créateurs, ce petit jeu ne leur suffit plus. Ils ont crée un autre univers le Métavers !

Bienvenue dans l’Antimonde, un endroit unique où tout est possible.

Oui, Julien, notre antihéros tombe dans cet univers malgré lui.

Dans le réel, il n’intéresse personne même pas sa copine qui le quitte.

Son quotidien est triste alors il se réfugie en créant un compte dans l’Antimonde.

Ce monde lui ouvre les bras, il devient ce qu’il n’est pas dans le réel, un homme qui a confiance, qui évolue et qui transgresse les règles.

Julien n’est plus julien mais Vangel. Son pseudo écrase ce qu’il est et façonne ses fantasmes tels une renaissance.

Dans le monde virtuel, tout ce qu’il n’est pas devient ce qu’il est, le succès est entre ses mains.

Jusqu’où Vangel/Julien est-il capable pour s’accepter et donner du sens à sa vie ?

Les liens artificiels est un récit sur la déconnexion du réel ou comment la connexion devient un territoire de tout les possibles.

Les liens avec l’autre ne sont plus palpables mais bien artificiels.

À force de se regarder, de caresser notre ego, nous oublions l’autre.

Et pourtant, nous avons besoin de ce lien pour nous rassurer sur ce que nous sommes.

Nathan Devers explore avec brio les failles de notre société, le mal être qui nous consume.

Pour la première fois, un auteur explore le monde du Métavers.

Il explique très clairement cet univers encore inconnu pour une majorité d’entre nous mais qui débarquera plus vite que prévu dans nos vies.

Un récit intelligent qui mêle fiction, poésie et philosophie.

A lire de toute urgence !

P.S Si tu es en train de lire cette phrase, bravo, tu es allé jusqu’au bout !

Tu fais parti des rares qui lisent ce qu’ils like.

Tu donnes du sens à tes gestes mais sauras-tu faire la même chose dans l’Antimonde ?

0 commentaire