Les lendemains de Mélissa Da Costa


Il y a des livres qui vous tombent entre les mains et qui vous frappent le coeur. Vous savez ce genre d’histoire qui vous parle. Ce n’est plus un simple roman, c’est un ami qui vous susurre au creux du cœur

« je sais..., écoute moi ».

Les lendemains de @melissa_da_costa_auteure @editionsalbinmichel appartient à cette catégorie justement inclassable, celle dont les mots résonnent encore même des semaines après l’avoir lu.

La sonorité est encore là, retentit quand nous fermons les yeux.

Nous voyons alors Amande, une jeune femme, qui sourit à la vie. Elle attend un heureux événement  avec son amoureux Benjamin. La joie et la plénitude ponctuent leurs quotidiens jusqu’au jour où tout bascule. Il n’y a plus de sourire ni de lumière.

Accident tragique, la vie s’arrête.

Le bonheur / le plein s’entrechoque avec

l’absent / le vide.

Une rencontre qui dévaste tout. Elle quitte alors Lyon pour se réfugier dans une petite maison de campagne en Auvergne.

Volet fermés, cloîtrée dans l’obscurité, Amande vit dans l’ombre. Son cœur est sec comme le petit jardin de sa demeure. Une terre aride qui ne respire plus. Les jours passent et elle trouve par hasard les almanachs de la propriétaire, Mme Hughes. Amande y découvre son quotidien, le journal de son jardin. Contre tout attente, elle sème, plante, récolte. La terre reprend de ses couleurs.

Et comme la semence qui germe qu’au contact de la lumière, Amande s’ouvre petit à petit pour laisser place aux rayons du soleil. Une luminosité pure scintille au fil des jours et transparaît au grès des rencontres marquantes et touchantes. Amande ré apprend à apprivoiser la terre et à s’accrocher à la nature qui lui offre un don, celui de créer. De ses propres mains naissent ses créations, la vie re jaillit.

À travers l’histoire d’Amande, c’est notre histoire qui éclos.

Chacun d’entre nous a vécu, vit des moments douloureux.

Des instants sombres où seul le silence est le bruit. La lumière est abstraite, loin, invisible. Nous ne pouvons pas la voir, c’est impossible. Elle se cache bien. Et pourtant elle est là, elle nous frôle.

Une sensation étrange apparaît. Nous voulons malgré nous la saisir mais nous n’y arrivons pas. Alors nous tentons et re tentons jusqu’au jour où nous l’attrapons.

Les lendemains est un attrape lumière qui nous souffle que l’espoir est éternel.

Ce livre est un trésor, à lire absolument.

Restons en contact 

© 2019 by Les miscellanées de Cookie