top of page

Le musée de la jeunesse d’Aurélien Bellanger

Cette collection, une nuit au musée, je l’adore ! Le concept est dingue : l’auteur passe une nuit dans un musée qu’il choisit.

Aurélien Bellanger choisit Le Louvre pour retrouver Poussin.

Un tête à tête particulier, la foule

s’est echappée pour laisser place au silence. L’espace à la fois vide et plein entoure Aurélien Bellanger.

Il est là, seul avec les oeuvres de Poussin.

Une rencontre particulière où le regard de l’artiste se manifeste, l’interpelle et fais écho à sa propre jeunesse.

L’art comme révélateur de ce que l’on l’est. Qu’est ce qui raisonne en nous ?

Les couleurs réveillent le passé d’Aurélien Bellanger.

Il nous révèle sa propres histoire à travers son journal vidéo qu’il revoit cette nuit au musée. L’auteur se confie et se libère.

Le lieu, les toiles, le silence sont parfaits pour s’autoriser un tête à tête avec soi-même et regarder le chemin parcouru…

Un texte passionnant où la philosophie interroge l’art et réciproquement.

Nous découvrons une autre facette de l’auteur, un écrivain que j’affectionne particulièrement.

Un tête à tête avec lui, un moment hors du temps, un instant pour se poser et s’interroger à notre tour sur notre propre jeunesse…

« Passé un certain stade Poussin ne

voyait plus que des tableaux. Des tableaux qu’il aimait peindre et dont il aimait se séparer, qu’il aimait jouer contre le monde pour quelques mois de liberté, des tableaux qui avaient malgré tout quelque chose d’un enfermement, quelque chose de labyrinthique.

On n’entre pas dans l’Antiquité ou dans l’histoire biblique pour en sortir, on y entre, avec résolution et mélancolie, car c’est le seul paysage dont on est certain qu’on ne sortira pas.

On ne commence pas une oeuvre pour la terminer, en aucune manière, mais pour s’y perdre complètement et pour y disparaître. »


0 commentaire

Comments


bottom of page