La petite ritournelle de l’horreur de Cécile Cababac


Imaginez un instant, vous êtes heureux, votre famille s’agrandit.

Il vous faut alors une nouvelle maison plus grande pour que chacun ait son espace.

Vous l’avez trouvé et en plus à un super prix, que demandez de plus ?!!

Oui, il faut faire quelques travaux mais ce n’est pas grave, vous êtes un super bricoleur pas comme Cookie !

Oui mais voilà …

Au moment où vous entamez les travaux, vous décidez d’abattre une cloison et là c’est l’inimaginable sous vous yeux.

Vous découvrez le corps d’une petite fille emmurée.

Oui, c’est ce que voit malheureusement Pio Achenza.

En deux secondes, sa vie bascule dans l’horreur.

A l’arrivée de la police, la terreur continue quand la cloison révèle deux autres cadavres…

Rythmé et construit comme une série policière de télévision, Cécile Cababac explore avec force une vraie problématique sociétal : quel avenir et quelle protection pour les 140 000 enfants placés chaque année par la justice en France ?

Une plume percutante, un rythme haletant, nous sommes basculés dans l’horreur des méandres de l’âme humaine du début à la fin.

Une intrigue qui nous attrape dès les premiers chapitres où nous suivons les pas, les voix de chacun des personnages.

Des protagonistes victimes ou bourreaux qui bousculent notre empathie.

Nous sommes chahutés, baladés tout au long de l’intrigue.

Ce n’est seulement qu’à la toute dernière page que nous sommes libérés.

Un thriller psychologique très addictif qui nous emporte dans la plus sombre des vérités : personne n’est à l’abri du Mal.

La petite ritournelle de l’horreur est une réussite, vous verrez une fois commencé, vous ne le lâcherez plus !

Alors, prêt à percer tout les secrets ensevelis de la maison ?

0 commentaire