La fille de l’ogre de Catherine Bardon












Il y a des livres qui nous électrisent.

Oui vous savez, dès les premiers mots, nous savons que l’histoire va nous foudroyé en plein cœur.

C’est tellement rare que nous savons dès les premières pages, qu’il y a ce petit quelque chose qui bouscule tout tel un disjoncteur émotionnel.

La fille de l’ogre de Catherine Bardon fait parti de ces rares livres qui m’ont subjugué du début à la fin.

Dès la couverture, j’étais intriguée.

Qui est t-elle et que cache t-elle derrière ce beau sourire ?

C’est Flor de Oro Trujillo.

Son nom ne vous dit sûrement rien et pourtant c’est la fille d’un dictateur, Rafael Trujillo.

Voix oubliée, Catherine Bardon retrace son destin.

Un parcours hors norme qui est en recherche constant du regard, de l’amour, celui d’un homme craint par tous mais qui reste avant tout son papa.

Jusqu’où sommes nous capable pour avoir l’impossible ?

Jusqu’où pouvons nous accepter l’inacceptable ?

Toutes ces questions tourmentent Flor de Oro.

Partagée entre la conquête du coeur de son père et sa propre liberté, tout son chemin sera tiraillé entre la soumission et la libération.

Un destin passionnant qui nous entraîne dans la vie d’un pays celui de la République Dominicaine.

A travers la voix de Flore, nous découvrons son souffle celui d’un pays qui retient sa respiration, ses gestes en fonction des pas d’un homme tyrannique, son père.

Un récit passionnant qui nous percute en plein cœur.

C’est simple, une fois commencé, nous ne pouvons plus nous arrêter.

Nous sommes happés, notre cœur est serré et nous n’avons qu’une envie serrer dans nos bras, Flore.

Oui, nous n’avons plus envie de la lâcher, nous voulons juste lui dire : « nous sommes là, tu n’es plus toute seule ».

Flore fait partie de ces rares héroïnes qui resteront gravés dans mon cœur.

Catherine Bardon réussit à nous retranscrire l’invisible, les fêlures de l’âme humaine, les cicatrices ouvertes de tout un peuple.

Elle nous transmet l’impalpable, crée ce lien invisible entre nous et l’Histoire.

Un récit passionnant qui redonne enfin toute la lumière sur un destin oublié à la fois individuel, la voix de Flore et collectif celui d’un pays.

C’est le livre de cette rentrée, à lire de toute

urgence !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout