top of page

Dangereusement douce d’Antoine Laurain

Jeu de miroirs, qui analyse qui ?

Il en voit des patients défiler sur son canapé mais avec elle c’est différent…

Oui, elle a ce petit quelque chose à la fois de fascinant et de mystérieux.

Il n’a pas l’habitude alors forcément elle est à ses yeux « dangereusement douce »…

Oui, elle, c’est Natalia, patiente du Dr Faber, psychanalyste.

Elle vient le voir car elle a un sérieux problème : elle ne peut plus photographier depuis qu’elle a révéler sur une de ses pellicules, un meurtre.

C’est très problématique car c’est son métier !

Elle compte sur lui pour désamorcer le problème mais

est-il prêt à se confronter à elle, à tous ses secrets ?

Pour le savoir, vous savez, ce qu’il reste vous à faire !!

Pour ceux qui suivent Cookie, vous savez qu’il adore Antoine Laurain et une fois de plus, il a réussi à le transporter.

Une plume hors du temps qui capte avec délice à la fois le présent et le passé via les objets. Un petit air vintage souffle à travers les pages.

Rien que la couverture nous interpelle, l’ombre d’Hitchcock plane sur la fenêtre, témoin de ce qu’il se passe dans cet immeuble, clin d’oeil au film Fenêtre sur cour. D’ailleurs à travers le regard de Natalia, le Dr Faber découvre chaque habitant de l’immeuble.

Sa patiente se confie tellement sur eux qu’il n’arrive plus à distinguer le réel et l’imagination.

Existent-ils vraiment, sont-ils le fruit du fantasme de sa patiente ? Le lecteur devient spectateur, se prête au jeu de cette relation hors norme et cherche à démêler lui aussi le vrai du faux…

La tension monte au fil des pages, nous n’avons qu’une envie : découvrir la vérité !

En très peu de pages, Antoine Laurain réussit à instaurer une atmosphère, à saisir l’invisible celui du petit geste, du sourire, du silence.

Une plume qui dessine avec délicatesse l’insaisissable, le langage du coeur.

Un univers à découvrir !

0 commentaire
bottom of page