Bleu Calypso de Charles Aubert


S’évader,

Chut, écouter le silence, détendez-vous dans ce bleu, un bleu de toute beauté.

La mer vous appelle, venez, plongez et laissez vous emporter avec Bleu Calypso de @charles.w.aubert @editions_pocket

Partez à la rencontre de Niels, un personnage qui a tout compris. Il s’est extirpé du monde pour vivre dans un petit coin de paradis. Il vit dans

une cabane aménagée au bord de l’étang des Moures à Sète. Le rêve éveillé.

Un endroit paisible, hors du temps où il pratique sa passion au quotidien, la pêche.

L’harmonie est au rendez-vous, enfin presque. L’eau calme en apparence est trouble. Il découvre un cadavre sous les eaux qui accroche sa tranquillité. Mauvaise lancée, pas de bol mais une capture qui ne peut laisser personne indiffèrent.

Lizzie, une femme dynamique, pleine d’énergie, journaliste, entre en scène. Déterminée, elle ne lâchera jamais le moindre appât. Alors quand la dynamite rencontre la force tranquille, il ne faut pas s’étonner que nous avons bien là un duo choc qui s’est formé le plus naturellement possible.

Ensemble, ils vont enquêter sur les cadavres qui s’accumulent sur ce lieu si paisible.

Charles Aubert nous happe avec ses mots d’une douceur infinie. Son univers naturaliste, nous transporte avec délicatesse. Des mots qui savourent l’instant, qui apaisent le temps. Ici, il est suspendu.

Nous sommes loin du tumulte, du rythme frénétique et des rebondissements du polar que nous connaissons.

Tout est en retenu comme un petit souffle léger qui nous susurre avec finesse qu’il faut prendre le temps, quitte à changer de cap.

Une plume dépaysante empreinte de nostalgie qui n’enlève rien à l’intrigue. Bien au contraire, on se laisse appâter et on se laisse faire.

Bleu calypso nage à contre courant et nous prouve avec délicatesse qu’il n’y a pas besoin de fioritures pour se laisser prendre dans les filets de l’intrigue.

Alors, installez-vous, prenez le temps, regardez la nature, contemplez le bleu et qui sait jetez-vous à l’eau...

Restons en contact 

© 2019 by Les miscellanées de Cookie